Tourisme gris

Jeudi 22 septembre 2016

Je suis en train de travailler, si si ! J’ai juste envie de partager mes lectures…
L’article sur lequel je travaille traite d’une sorte de tourisme. Vous avez sûrement entendu parler du tourisme vert, mais là c’est autre chose, c’est le tourisme gris ! De quoi s’agit-il ? Eh bien… du tourisme des gens qui ont les cheveux gris ! Les « seniors », quoi !
Problème ? Oui ! Selon les définitions, cette catégorie regroupe les personnes de plus de 50 ans. 50 ans ? Pardon ? Alors déjà je ne suis pas convaincue que beaucoup de gens aient les cheveux gris dès 50 ans, et en plus, si j’imagine ce que dirait mon prof de socio, je suis bien obligée de demander ce qu’il peut y avoir de commun entre les comportements, les choix, les caractéristiques d’un jeune cinquantenaire, encore dans la vie active, potentiellement avec des enfants encore étudiants, et quelqu’un de 70 ans, retraité depuis un moment, etc.
Encore des statistiques inutilisables, bim ! La recherche, c’est vraiment compliqué. Une raison de plus pour ne pas faire de doctorat, quoi.

Vie d’expat

Jeudi 22 septembre 2016

Bonjour bonjour !
Je suis dans ma chambre étudiante, théoriquement en plein travail… Dans la pratique, j’ai un peu de mal à me concentrer, et je viens de repenser que je voulais faire un article pour vous donner le lien d’un blog intéressant, celui de Clémentine. Une « expat' », comme elle dit, qui dessine les anecdotes de sa vie à l’étranger. Une copine m’a donné le lien en tombant sur le dessin où Clémentine explique avoir lavé son linge pendant un mois avec de l’adoucissant, parce que ça m’est arrivé aussi, en Lituanie ! Et les autres anecdotes sont tout aussi intéressantes…
Alors… bonne lecture ! Et moi je retourne lire mon article sur des histoires d’algorithme et de segmentation des marchés touristiques…

Voyage au pays des rêves

Jeudi 15 septembre

Certains ont d’excellentes idées… C’est le cas de trois Normands, inventeur de la « Sombox », la boîte à sieste !
Il s’agit d’une cabine avec un lit, une commode et un branchement électrique, qui devrait être installée dans les gares, aéroports, aires d’autoroutes… ou même dans les universités. Une location à la demi-heure permettra d’y faire un petit somme en toute tranquillité, en profitant en plus d’aromathérapie, luminothérapie et musicothérapie.
Le prix est, à mon avis, assez élevé puisqu’il faut compter 6€ la demi-heure. Certes, ce n’est pas choquant pour une offre aussi-complète, mais je me vois mal payer ce prix chaque jour pour une petite sieste à la fac, ou même rajouter ce montant au prix de mon billet de train alors que je peux dormir pendant le trajet ensuite. Mais pour des commerciaux plus aisés, et pour tous ceux qui n’arrivent pas à dormir assis, pourquoi pas ? Et puis si les universités se mettent à offrir ça à leurs étudiants pour contribuer à la réussite universitaire, ma foi…

Lien vers l‘article de Ouest-France qui m’a fait découvrir la Sombox

 

 

Vienne : où le tout forme plus que l’ensemble des parties

Lundi 22 août

Voici notre dernière soirée à Vienne, le moment d’évaluer un peu notre séjour.
Il n’y a pas à dire, nous avons passé trois jours agréables et intéressants ! Et pourtant, quand on repense à chacune des visites qu’on a faites, on n’est pas ravis…
Le zoo a un très beau parc, mais finalement, je ne suis probablement pas fan des zoos en général. A part les pandas, voir les animaux ne me motive pas plus que ça. 15,50€ au lieu de 18 avec la Wiener-Karte.
Le tour de tramway touristique sous la pluie n’était pas trop cher et donne un aperçu de la ville. Toujours bien pour se repérer un peu et donner envie d’aller voir certains éléments, parce que c’est très rapide puisque le tour du « Ring » (l’artère circulaire autour du centre historique de Vienne) ne dure que 25 minutes. Le problème est donc qu’on a à peine le temps de voir ce qui est décrit dans les oreillettes, voire on entend parler d’un élément lorsqu’il est déjà hors du champ de vision. 7€au lieu de 9 avec la Wiener-Karte.
Le Château de Schönbrunn est impressionnant et vraiment intéressant, mais ultra fréquenté. L’interdiction de prendre des photos est à notre avis prise pour favoriser la circulation et pas pour des raisons économiques ou de conservation des matériaux historiques, parce que chaque salle est bondée et qu’il faut que ça circule ! D’ailleurs, après avoir fait la queue pour acheter les tickets, on doit encore attendre pour rentrer dans le château. Ils étalent les entrées dans le temps. Ah, et il est interdit de jouer à Pokemon-Go dans tout le château ! ^^ A mon avis ils ont bien fait, et ils ont vraiment optimisé les modalités de visite pour que ça se passe au mieux, mais ça reste un peu frustrant. On a aussi moyennement apprécié les toilettes payantes dans le bâtiment où on achète les tickets, et la pub dans l’audioguide, qui ne manque pas de nous recommander le zoo, le musée truc et l’expo machin. Pas de réduction de la Wiener-Karte pour la simple visite du château, il fallait prendre un pass qui l’associe à d’autres musées ou au zoo. Par contre, 10% de réduction étudiante, et en Autriche ils ne sont pas embêtants avec ça et acceptent sans problème la carte d’étudiant française. Donc 15€ pour moi et 16,40 pour JP.
Aujourd’hui, météo toujours pas au top et moi pas très en forme, on a décidé de conclure par une croisière sur le Danube. 22€ normalement, 19,80 avec la Wiener-Karte, pour une croisière de deux heures (ou « un peu moins » selon le gars au guichet) qui a duré une heure et quart à tout casser, avec une vue pas très intéressante et aucun commentaire pour attirer l’œil sur ce qui aurait pu nous échapper, pour le coup on est vraiment déçus et on a l’impression d’avoir perdu 40€. On aurait aussi bien pu continuer notre sieste.
Notre impression générale sur les visites et les prestations touristiques, c’est que ce n’était pas à la hauteur : on paye des tarifs plutôt élevés pour lesquels on s’attend à « plus », ou « mieux ». Et on n’apprécie pas de devoir payer encore pour les toilettes, le programme ou je ne sais quoi quand on a déjà payé l’entrée. Pareil à Innsbruck, au Tirol Panorama, où il fallait payer le parking en plus de l’entrée au musée.

Cela dit, il y a quand même deux choses qu’on a appréciées à fond et pour lesquelles on a l’impression d’avoir payé un juste prix, ou en tout cas que ça en valait la peine : le concert, moment magique même si on a été surpris par la salle, et le goûter dans un café viennois…
Pour le goûter, la Wiener-Karte nous a encore permis d’économiser un euro chacun, et ils ne plaisantent pas sur la crème fouettée qui était tellement ferme qu’elle ne se liquéfiait pas dans le chocolat chaud ou le café ! Et la pâtisserie, mmmm… Comme une excellente charlotte aux fruits rouges, mais avec une garniture mousseuse, et le tout dans une gaufrette nappée de chocolat… Waw, franchement je recommande ! (Museum Café, Operngasse 7).

Et puis il y a les moments passés à se balader entre les immenses monuments, la découverte de cette étrange horloge, la discussion avec deux sympathiques dames pour comprendre le système de stationnement de Vienne, la circulation qui est très agréable pour une capitale, les repas à l’appart avec une vraie cuisine, la déambulation le long du Danube avec tous les graffitis artistiques, la découverte d’un centre commercial de nuit et vidé de ses clients comme de ses vendeurs, les petits-déj avec brötchen et « Vanille-Schoko-Krone » fraîchement achetés à la boulangerie du coin…

Si on résume, c’est une ville très agréable, jolie, passionnante, où les attractions touristiques ne sont pas forcément le mieux qu’on puisse faire, mais où l’on peut passer de très bons moments.