Cadeau nature

Mardi 6 février

Ce matin, en arrivant sur le parking de la Chaperie où je suis en service civique, j’ai surpris deux chevreuils proches de la haie. Je suppose qu’ils sont poussés par le froid et la neige à venir dans des endroits inhabituels… Ils se sont évidemment enfuis, effrayés par le bruit de la voiture. Je n’ai pas pu prendre de photo pour partager ce cadeau avec vous, mais j’ai eu le temps de les voir suffisamment bien pour m’en réjouir.
Je ne saurais pas dire exactement ce qui me rend si heureuse à la vue de ces animaux. Ca tient sûrement beaucoup à l’enthousiasme de mon père chaque fois qu’il en surprend un alors qu’on est en voiture en famille. Nous avons toujours admiré sa capacité à repérer les animaux malgré leur camouflage, y compris quand c’est lui qui conduit, et que les passagers bien plus disponibles pour l’observation n’ont rien remarqué.
Ce genre de petit bonheur me donne envie de vivre à la campagne. J’ai la chance, actuellement, d’habiter une ville de taille raisonnable. La vie en résidence, à côté du tramway, des commerces et de l’université ne donne pas pour autant la chance d’admirer autant la nature. Il y a bien les colonies de lapins qui se baladent sur le campus et dont les étudiants qui habitent en cité U peuvent profiter, mais je ne les vois pas. Et ils n’ont pas la majesté d’animaux plus sauvages qu’on ne voit jamais dans une maison. Alors j’espère pouvoir bientôt avoir un logement plus isolé, où on peut surprendre un chevreuil, un renard, et toutes sortes d’oiseaux au retour d’un voyage la nuit, ou au petit matin en partant au travail…

Il neige au Mans !

Lundi 5 février 2018

Il neige au Mans ! Enfin… Il « neige » au Mans, ça veut dire que des flocons ont voltigé et blanchi  les voitures, les pelouses et les plantes, mais pas les routes. Cela dit, c’est déjà la panique, et les transports scolaires ne circuleront pas demain ! (cf Ouest-France )
J’attends de connaître la réaction des étudiants Erasmus venus des pays de l’est de l’Europe, ou même de quelques Américains d’Etats où ils sont habitués à la neige… On va rire !
Bon, si on y réfléchit bien, on a peut-être un côté ridicule à être paralysés pour quelques flocons, mais il semble normal de ne pas avoir trente-six déneigeuses et d’immenses quantités de sel qui ne serviront que trois jours tous les deux ou trois ans. Le coût que cela représenterait pour la collectivité, et donc pour les contribuables, serait disproportionné. Mieux vaut s’adapter, rester chez soi quand c’est possible, et admettre qu’on ne peut pas être productifs à 100% toute l’année. Détendons-nous et respectons la nature qui est parfois plus forte que nous…
En tout cas, moi, je suis  ravie ! Je n’ai pas changé depuis mon année en Lituanie, j’adore la neige. Alors en rentrant de mon cours de FLE (Français Langue Etrangère) tout à l’heure, j’ai pris juste le temps de mettre des chaussures fourrées et de réajuster mon écharpe et mon bonnet, et je suis sortie savourer les flocons tant qu’ils tombaient. C’est mon bonheur du jour…