Épisodes épistolaires

Samedi 24 mars 2018

Non je ne suis pas tombée du lit en ce samedi matin, je prépare seulement le changement d’heure. En espérant ne plus avoir à le faire d’ici quelques années ! En effet, le Parlement Européen se penche sur la question, et a sommé la Commission Européenne de lancer une grande étude pour étudier l’impact de cette mesure largement discutée tous les six mois ! Bon, les résultats ne sont pas pour demain. Le temps de déterminer les conséquences réelles du changement d’heure, de légiférer, de voter, puis d’appliquer… Ce type de projet est déjà compliqué à gérer dans un pays, mais là il s’agit d’un sujet qui concerne systématiquement les relations internationales, même lorsque un pays fait le changement seul. L’harmonisation est compliquée ensuite pour les trains, les échanges professionnels et commerciaux, les rencontres politiques… On ne peut pas simplement décider de remettre les pendules à l’heure !

Bref ! Je suis donc levée tôt un samedi matin, et je savoure le temps disponible. J’en ai profité notamment pour répondre à un mail particulier : celui d’une amie épistolaire. Enfin « épistolaire »… Disons que nous ne nous connaissons que par les mails que nous échangeons à une fréquence absolument irrégulière ! L’irrégularité étant principalement de mon fait.
Je ne sais plus comment nous sommes entrées en contact, mais la raison était je crois son départ en Lituanie. Et la sauce a pris : nous nous sommes mises à échanger des messages longs de plusieurs pages en racontant notre expérience de la Lituanie et d’autres pays, notre vision de la France aussi, et même notre avis sur la marche du monde. Nous sommes tombées sur quelques désaccords, mais nous nous retrouvons sur une volonté de franchise complète. Avec une question : est-ce que nous aurions été aussi honnêtes en face à face ? Et cette question fait-elle des humains des hypocrites qui se travestissent face à certains interlocuteurs ?
Quoi qu’il en soit, même si je viens de mettre un an et demi à répondre à son dernier message, je prends beaucoup de plaisir à ces échanges. C’est une amitié numérique, un lien maintenu avec la Lituanie, une chance d’être plus ouverte aux autres. La certitude aussi que même lorsque le temps passe, on peut reprendre (quasiment) où on en était.
C’est très différent de Postcrossing, qui me permet d’envoyer des cartes postales à de parfaits inconnus du monde entier, et en retour de recevoir d’autres cartes d’autres inconnus d’autres parties du monde entier. J’adore ça ! Là aussi, c’est une ouverture sur le monde, l’occasion de découvrir des personnes et des anecdotes, d’apprendre la géographie… C’est aussi la satisfaction de prendre le temps de réfléchir à ce qui pourra faire plaisir au destinataire d’une carte, et l’excitation de recevoir un mot et une image de quelqu’un qui s’est donné la peine d’envoyer quelque chose juste pour moi. Mais les relations s’arrêtent là, généralement. Et le budget nécessaire est plus élevé que pour un échange de courriers électroniques, qui ne demandent que le temps de la rédaction, et éventuellement de la réflexion.
Cela dit, je m’y remettrai bientôt, quand je choisirai d’augmenter de nouveau mon budget loisirs. Ce sera un nouvel épisode !
Quant aux mails, il me reste à répondre à une autre correspondante, celle qui a pris ma suite comme assistante de français, et avec qui le courant était très bien passé aussi. Elle a depuis longtemps terminé son année là-bas, mais j’aimerais avoir de ses nouvelles…
Avec elle et avec mon amie de Lituanie (qui sera bientôt en Grèce, mais passons…), je vais donc entamer un nouvel épisode épistolaire. Qui durera ou ne durera pas, mais sera suivi d’un autre un peu plus tard !

Sources :
Changement d’heure et Parlement Européen : http://www.leparisien.fr/societe/et-si-l-europe-enterrait-definitivement-le-changement-d-heure-08-02-2018-7547742.php
https://start.lesechos.fr/actu-entreprises/societe/changement-d-heure-le-debut-de-la-fin-11392.php

Postcrossing : https://www.postcrossing.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *