Tour du monde à… livres

Vendredi 6 avril

Je me suis lancé un défi lecture. Un qui correspond à deux de mes passions : la lecture et la découverte des cultures étrangères.
Outre le fait d’essayer de lire 100 ouvrages correspondant à des catégories spécifiques (uchronie, thriller psychologique, d’un auteur aux initiales doubles, publié cette année, avec des sorciers, etc…), je veux faire un tour du monde littéraire. Pas en stop, ni à vélo, ni en avion, non, c’est bien un tour du monde à livres ! Sans bouger de chez moi ! Ou presque, parce qu’il faut bien que j’aille à la médiathèque de temps en temps…
Je vois plusieurs intérêts à ce projet. Le principal étant de développer une certaine ouverture d’esprit. En effet, s’il est facile de trouver un livre du Royaume-Uni, d’Allemagne ou des Etats-Unis dans le genre qui me plait d’habitude, c’est moins le cas pour l’Islande, l’Ethiopie ou la Papouasie-Nouvelle Guinée ! Je serai donc parfois forcée de me tourner vers des styles qui ne me tentent pas a priori. Et parfois, ça ne sera pas concluant, j’en suis certaine ! Mais j’aurais expérimenté quelque chose de nouveau et élargi mon point de vue.
C’est aussi l’occasion de découvrir la culture d’autres pays, pendant une période où je ne peux pas voyager, et encore moins à la façon que j’apprécie le plus, à savoir en restant longtemps quelque part pour m’intégrer à la population et assimiler les us et coutumes des uns et des autres. Car dans un livre, même policier ou de fantasy, transparait la culture de l’auteur. Pour prendre un exemple connu : dans Harry Potter, le fonctionnement en maisons n’est pas une spécificité de Poudlard, c’est une pratique courante au Royaume-Uni. Le tout étant d’apprendre à démêler la pure fiction du cadre réel.
Je pourrai ainsi mieux comprendre les étrangers que je rencontre. Découvrir quelques anecdotes sur leur pays pour lancer la discussion et en apprendre encore plus ! Et leur montrer que, d’où qu’ils viennent, je m’intéresse à eux. Quelques mots de lituanien m’ouvraient toutes les portes, ou plutôt tous les cœurs lorsque j’étais en Lituanie. Mes efforts pour apprendre leur langue flattaient les habitants, leur montraient que mon intérêt pour leur pays n’existait pas que dans mes discours. J’espère qu’une bonne culture générale peut transmettre un peu de ce même sentiment.
Pour certaines nationalités, ce sera aussi l’occasion de maintenir mon niveau de langue. Il ne s’agit là que des auteurs anglophones, germanophones et hispanophones. Je ne maîtrise pas suffisamment les autres langues étrangères pour lire un roman. Mais c’est déjà ça de pris ! Et ça m’ouvre déjà pas mal de pays… Comme pour les films, la version originale a une valeur particulière. Quand c’est possible, c’est à mon avis plus riche de lire l’œuvre sans le filtre de la traduction.

Il y a quelques obstacles sur ma route. Le plus gros, c’est de trouver les livres ! Comme j’évite d’en acheter en ce moment, faute de place pour les stocker ensuite – toutes nos étagères ont déjà deux, voire trois rangées de BD, mangas, romans etc – je dois compter sur les prêts de la médiathèque et de mes relations. Dans un premier temps, ça devrait aller : un livre d’Allende par-ci, un autre de Llosa par-là, un polar suédois, un classique grec, un manga japonais et un autre coréen, un récit de vie indien… Mais ensuite, ça va se gâter ! Alors il faudra ruser un peu… Et peut-être que d’ici-là, j’aurai déménagé. Dans ce cas, je pourrai acheter ce qui ne s’emprunte pas. Sinon, j’achèterai d’occasion et revendrai sitôt lu ! Du moins j’espère… Car j’ai bien du mal à me séparer de mes chers bouquins une fois qu’ils sont en ma possession !
Pour m’aider à trouver des idées, je peux faire appel à toutes les personnes venues d’autres pays que je fréquente dans le cadre du Café des Langues. J’ai déjà demandé à ma filleule de me conseiller des livres ukrainiens et russes, et elle est revenue avec toute une liste ! Reste à voir ce qu’il y à la médiathèque…

Pour l’instant, j’ai apparemment lu les livres de plus de 180 auteurs originaires de 29 pays différents… Le voyage ne fait que commencer !
Je vous tiendrai bien entendu au courant de mes trajets et de mes étapes. Attendez-vous à revoir ce sujet régulièrement pendant quelques mois, si ce ne sont des années !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *